NinjaPioup

Récemment, on m’a posé les questions suivantes : Quelles sont tes sources d’inspiration ? Qu’est-ce qui te fait produire et créer ? Ce sont de très belles interrogations mais il m’a fallu réfléchir un moment. Et c’est en promenant Jpeg, ma chienne, un matin, que j’ai eu un exemple assez probant. 

Pendant ce confinement, j’ai été malade et attrapé le fameux virus. Certains symptômes de ce machin sont l’anosmie et l’agueusie. J’avais déjà eu des rhumes dans ma vie et donc des pertes d’odorat et de goût mais, jamais au grand jamais, de cette ampleur. Là, j’avais une perte totale de deux de mes sens. Ça a duré 7 jours. La semaine la plus longue de tous les temps. C’était sincèrement très effrayant et perturbant. 

Les premiers symptômes sont apparus brutalement. Du jour au lendemain.

Et plus le temps passait, plus je désespérais.

Ce virus m’aura rendu robot. Avec cette respiration si sèche, si métallique. Ce souffle automatique et sans vie. C’était difficile. A cela, vous ajoutez la perte des 2 sens. Je me suis réellement sentie robotisée. J’ai eu l’impression de perdre mon humanité. C’est si étrange et si effrayant comme vécu. Chacune de mes actions était faite uniquement dans un but de survie. Se laver, manger, dormir. 

Cette ablation brutale de mes 2 sens a naturellement fait se développer les 3 sens qu’il me restait. Je m’accrochais donc à la vue, à l’ouïe et au toucher, comme à des bouées de sauvetage. Lorsque je sortais ma chienne chaque matin, mes 3 sens restants étaient aux aguets. Et c’est là que s’est produit quelque chose, artistiquement parlant. 

Un confinement, en ville, modifie complètement l’ambiance sonore. Si bien que certains sons disparaissent pour laisser place à d’autres. Les moteurs de voitures ont laissé place à la nature qui s’est fait une joie de s’exprimer. A l’heure où j’écris ces lignes, les oiseaux chantent à longueur de journée. Ils sont de plus en plus nombreux à dominer le paysage urbain. Mon appartement donne sur un grand jardin commun à l’ensemble des immeubles. Pendant les jours où j’ai été malade et essoufflée à cause de la pression thoracique, j’ai passé beaucoup de temps à observer et écouter l’extérieur. Et comme je suis au dernier étage de mon immeuble, j’ai une vue sur tous les toits. J’ai pu observer beaucoup d’oiseaux qui vont et viennent. Habituellement, je ne suis pas spécialement en amour devant des oiseaux mais, je ne sais pas. Ça m’a aidé à tenir bon de regarder ces petites bêtes s’amuser. Une fois, j’ai vu 7 pies jouer sur le toit d’en face. Ce matin-là, je me suis dit que j’allais profiter du confinement pour les prendre en photo. Et bien, depuis ce jour-là, il a fallu mener une vrai chasse ! A croire qu’ils s’étaient passés le mot entre eux, je n’en voyais plus ! Et le plus amusant -parce que oui, ça m’amusait-, c’est que je les entendais piailler sans réussir à les voir. Je les ai donc tous rebaptisé les « ninjapioup » et je suis parvenue, au fil des jours, à les capturer avec mon appareil. Ce fut un travail de patience et de persévérance. Mais cette initiative m’a permise, plusieurs instants par jour, d’oublier la douleur intense à ma poitrine et la perte de mes sens. 

Je vous partage donc ici quelques clichés de cet instant de vie.

Visual Portfolio, Posts & Image Gallery for WordPress

2021-04-04-LyonFilmSoup-lomo400-eos5000-standev-(10)WT

CanonEOS5000-Confinement4-mai20--(4)WT

2021-08-vacsportugal-portra160-espio738-(29)---CopieWT

2021-06-lyon-testnikonF-triX-(24)WT

2021-06-lyon-testnikonF-triX-(21)WT

2021-04-04-LyonFilmSoup-lomo400-eos5000-standev-(20)WT

LyonFoma100NikonFE-fev20--(24)WT

ZenitE300mm-NinjaPioup-avril20--(29)WT

2021-04-04-LyonFilmSoup-lomo400-eos5000-standev-(10)WT